Squirrel_Recipe

Bon, plusieurs d’entre vous se sont interrogées sur le pourquoi des écureuils de ma bannière ! Aussi je vous dois quelques explications : encore une page scrap pour mon album 100% USA, vous en conviendrez après votre lecture.

En 1991-1993, je suis partie en Louisiane faire un MBA. J’avais alors une famille d’accueil un peu… originale dirons-nous ! Madame (Arlette) était Belge et Monsieur (Al), un pur Louisianais qui n’avait pas vraiment de boulot mais adorait pêcher et chasser dans les bayoux (marécages) ! Le temps que je trouve une maison à partager avec des roommates civilisées, je suis donc restée chez eux dans une bicoque un peu crasseuse qui sentait l’humidité et le renfermé. Et il fallait voir leur chien : un animal pouilleux récupéré sur le bord de la route un beau jour et qui passait son temps à se gratter jusqu’au sang ! Voilà pour le décor.

Pour Thanksgiving, une fête très familiale et très suivie ici, ces braves gens nous ont invitées, moi et mes deux roommates, à partager leur repas. Comme nous étions loin de nos familles, nous avons trouvé l’invitation plutôt sympathique et nous nous y sommes rendues d’un pas enjoué, et il faut l'avouer heureuses de partager une fête typiquement américaine. Nous sommes arrivées, nous avons pris un ptit verre, nous avons papoté, puis est venu le moment de se mettre à table. Est alors déposée devant nos yeux une grosse cocotte fumante d’où se dégageait, d’ailleurs, une odeur bien appétissante. Al soulève le couvercle et nous demande alors de deviner ce que nous allions manger (autant vous dire qu’à ce stade de la soirée nous ne pouvions plus sortir de table et partir en courant sans froisser leur susceptibilité !). Ca ne ressemblait en rien à du poulet mais plutôt à du gibier, aussi avec beaucoup de précaution nous avons émis des hypothèses : de la biche, du faisan, du daim, du lapin… A force de proposer un nom d’animal et de s’entendre dire non, forcément les possibilités se sont amoindries, et nous avons commencé à douter. Mais qu’allions nous bien pouvoir manger en ce jour de fête ? De l’é-c-u-r-e-u-i-l !!!!

Vous auriez dû voir la tête de ma copine Béa : j’ai bien cru qu’elle allait déjà rendre le repas qu’elle n’avait même pas encore avalé ! Al avait un sourire jusqu’aux oreilles quand il nous a annoncé qu’il avait chassé lui-même dans les bois cette adorable petite bête qui reposait maintenant dans la cocotte et qui n’attendait qu’un coup de fourchette de notre part pour se retrouver au fond de notre estomac! C’est amusant comme parfois il suffit de pas grand-chose pour vous couper l’appétit ! Mais bon, comme je suis bien élevée et que ma maman m’a toujours appris à manger ce qu’on me mettait dans mon assiette, j’ai goûté. Et vous voulez savoir quoi : c’est bon !

Du coup, maintenant, à chaque fois que je raconte cette histoire, la foule en délire pousse des « beurks » de dégoût et tout le monde a peur de manger de l’écureuil quand je les invite à ma table !

Bon, la prochaine fois, je vous raconte ma partie de pêche avec Al !